Édouard  BARDE  (1836-1904)



COMMENTAIRE
sur
Les  Actes  des  Apôtres
PDF  2.8 Mo CHM  1.2 Mo HTML  2.5 Mo PRC  2.2 Mo


Édouard Barde naquit à Genève le 3 octobre 1836, d'un père pasteur, Charles. Il y commença des études de théologie (1856-1860), complétées à Berlin et à Tubingue pour son doctorat (1861), terminées par un séjour en Ecosse (Erlangen) et à Paris. Il est ensuite pasteur à Vandœuvres (Suisse) de 1865 à 1879, puis professeur de Nouveau Testament à l'école de théologie de la Société évangélique de Genève de 1880 à 1904. Parallèlement, il s'occupe de l'Union nationale évangélique de Genève et du Comité central international des Unions chrétiennes de jeunes gens (président de 1895 à 1904). Il fut un chef de file respecté de l'aile évangélique de l'Eglise nationale protestante de Genève à l'époque de la crise libérale. En 1869, faisant cause commune avec son ami Frédéric Godet, il donna magistralement la réplique aux conférences de Ferdinand Buisson sur le thème des relations Église-État.

Dans son œuvre écrite, à côté d'un monumental commentaire sur les Actes des apôtres, se trouvent plusieurs Études bibliques sur Abraham, Samuel, Salomon, Élie, Jean-Baptiste, Marthe et Marie, qui malgré leur sous-titre, d'adressées à la jeunesse, ne manquent pas d'apporter à tout lecteur instruction et édification. Édouard Barde est un érudit, cela se remarque à chaque page, mais un érudit évangélique : à partir des connaissances accumulées il sait mettre en lumière la pensée de Dieu, et nous communiquer des réflexions qui touchent l'âme.

En 1898, il regrettait dans la préface de son Commentaire l'absence d'un ouvrage spécial et complet de langue française sur le livre des Actes. Un siècle plus tard, on peut dire que le sien n'a pas été remplacé et qu'il garde toute sa valeur.

En effet, la méthode d'analyse des textes en vogue à la fin du XIXe, qualifiée aujourd'hui d'historico-critique, appelée plutôt à l'époque de Barde haute critique, n'a guère changé ses vieilles rengaines destinées à nier la réalité des miracles dont cette portion de la Bible est remplie.

Ses adeptes, qui prétendent en juger, commencent par expliquer que le livre des Actes, appartient plus ou moins au genre littéraire romanesque, et qu'il serait naïf de penser qu'il rapporte simplement des faits. Les censeurs poursuivent en établissant que son, ou ses auteurs, sont inconnus ; mais qu'il faut néanmoins affirmer que Luc ne l'a pas écrit. Ils achèvent en louant hautement cet opuscule de cinquante pages, qui, de leur aveu, n'est qu'un ramassis de légendes, et sur lequel ils ont consumé néanmoins des années de travail...

Et sur quoi fondent-ils leur autorité ? Sur une prétention assez risible : celle d'être scientifique. Au XIXe ce mot avait une autre acception que dans nos temps de haute technologie. Appliqué aux disciplines bibliques, il signifiait que l'auteur connaissait parfaitement les langues originales, qu'il avait étudié les principaux manuscrits, compulsé les ouvrages historiques adéquats, et qu'il en avait tiré des déductions impartiales, indépendamment de ses propres croyances religieuses. Si l'on s'en tient à ce sens, alors oui, l'ouvrage de Barde sur les Actes mérite lui-même le qualificatif de scientifique : l'auteur est un helléniste de premier rang, son érudition ne fait aucun doute, il a lu tout ce qui est possible sur le sujet. Cependant aujourd'hui, où ce qu'il est convenu d'appeler la science, ce sont les sciences dures, celles qui s'expriment obligatoirement dans un langage mathématique, que la méthode historico-critique se pose comme étant scientifique, c'est tromper son monde ; c'est le geai se parant des plumes du paon.

Si les historico-critiques contemporains persistent à réclamer pour eux-mêmes le titre de scientifiques, sous prétexte qu'ils ont beaucoup lu et beaucoup comparé, qu'on les envoie au tableau noir, non pas résoudre une intégrale de taupin, mais traduire quatre vers d'Homère... A ce jeu-là, nous parierons plutôt sur Barde ; et dans tous les cas, nous préférerons, à ce roman auquel ils voudraient réduire le livre des Actes, la définition qu'en donne notre commentateur : Gesta Christi per apostolos, les Actes du Christ par le moyen des apôtres.



Études bibliques
adressées à la jeunesse
Abraham PDF  (571 ko) HTML PRC
Jean-Baptiste PDF  (593 ko) HTML PRC
Samuel PDF  (543 ko) HTML PRC

Sommaire